Avoir l’improvisation à coeur

L’implication hors-LIM fait partie du quotidien de beaucoup de nos membres. Certains vont diversifier les champs touchés en allant vers le sport, la musique, ou encore auprès d’organismes communautaires. D’autres vont s’impliquer autant, mais en gardant comme mission de promouvoir l’improvisation sous toutes ses formes. C’est le cas de Louis-Étienne Villeneuve, grand amoureux de l’improvisation et surtout de son développement.

Le 15 novembre dernier, lors du Gala Excellence Jeunesse Desjardins il s’est admirablement démarqué en remportant le 1er prix dans la catégorie «Implication scolaire». Cette dernière récompense les étudiants qui allient études et activités scolaires et parascolaires et qui «se démarquent par leur originalité, leur leadership ou leur capacité à mobiliser la communauté étudiante autour de leur projet». Ces implications, ce sont trois grands projets majeurs que Louis-Étienne a fondés ou co-fondés avec d’autres improvisateurs de la région tout en réalisant ses études à temps plein. Premièrement il y a le Whomboozle qui a pour but de créer des liens entre les différentes ligues de la région et de garder la scène improvisatrice animée durant l’été, ensuite la Limette qui explore les improvisations de longues durées basées sur la construction et le développement et finalement les Démineurs, un concept unique d’improvisation qui minimise la préparation-si peu soit-elle- à laquelle les joueurs ont normalement le droit pour explorer l’imprévu au maximum.

Pour quelqu’un qui s’implique déjà énormément au sein de la LIM non seulement en tant que membre, mais aussi en tant que vice-président, c’est un tour de force que Louis-Étienne fait avec ses grandes réalisations. Félicitations Lesko!

Capture d_écran 2018-11-16 à 17.40.48

Publicités

Quand Trifluviens et nouveaux arrivants ne font qu’un

«Je suis perdu dans un monde qui me connaît à peine. »-Ronaldo

Le 29 octobre dernier était présenté à la salle Louis-Philippe Poisson la lecture publique de «Résilience permanente». Mine de rien, cette lecture était l’aboutissement de plus de 4 mois de travail pour les artistes volontaires qui ont décidé d’exposer leur vécu de nouveaux arrivants.

«Résilience permanente», c’est l’initiative de l’ancienne joueuse de la LIM Samantha Bérubé qui a répondu à l’appel de projet de médiation culturelle de Culture Trois-Rivières. Le projet proposé avec le partenariat de SANA Trois-Rivières consistait à créer une pièce de théâtre basée sur les expériences personnelles des nouveaux arrivants, et surtout de la faire jouer par eux-mêmes. Un projet de création complète, mais surtout un beau défi pour les participants. Pour Samantha, «c’est un projet de qui rejoint tous les objectifs de la médiation culturelle. On tend l’oreille à de nouveaux « artistes » arrivants, on met en valeur leur parole et on la porte jusqu’au bout. C’est le genre de projet où on jase de cœur à cœur, sans jugement et avec beaucoup d’écoute et de respect. Ça m’a rappelé c’était quoi être curieux de «l’Autre», au sens humain, positif et sincère. Avec ce qui se passe en ce moment un peu partout, on dirait qu’avoir peur de «l’Autre» c’est devenu une attitude normalisée… (Mal)heureusement.. ».

44726374_1921364784609423_5512541076457521152_n

Ceux qui se sont prêtés au jeu sont Milena Cortez Lopez, qui vient de la Colombie, Anthony Ozoraï de Belgique et Ronaldo Grasset de la Côte d’Ivoire. À travers la lecture, chacun a présenté le chemin parcourus, soit littéralement à travers plusieurs pays, ou métaphoriquement à travers les dédales administratifs du gouvernement, jusqu’à leur arrivée à Trois-Rivières. Parfois drôle, parfois touchant, leurs témoignages n’ont laissé personne indifférent, en grande partie grâce à leur sincérité. Ils étaient entourés de trois québécois de souche, soit Camille Beauchemin, Louis-Étienne Bellavance et Maxime Comeau, qui en plus d’incarner divers antagonistes, apportaient un point de vue québécois à la lecture.

Samantha Bérubé n’a que d’éloges pour les participants au projet : «Il s’est fait en grande symbiose avec les volontaires, ils ont eu beaucoup de courage de se livrer à d’autres inconnus, autant les québécois de souche que les nouveaux arrivants. Les retombées sont difficilement mesurables. Comment mesurer le courage ou la confiance que tu apportes à quelqu’un?»

C’est un tour de force que Samantha Bérubé a fait avec ce magnifique projet. Elle dit bien humblement qu’elle n’a fait que soutenir les artistes et que les crédits d’écriture reviennent aux acteurs, mais nous nous doutons que son encadrement, sa gestion et son dévouement sont les grains de sel qui ont permis de mener à terme ce projet touchant et nécessaire. Les acteurs ont pu utiliser cette lecture comme témoignage de leur amour pour leur nouvelle terre d’accueil, et les trifluviens ont pu recevoir cet amour qui permet de créer des liens. Des initiatives culturelles comme «Résilience permanente», il n’y en aura jamais assez. Bravo Samantha!

45077177_10155914160507263_3290081687609802752_n

La distribution de «Résilience permanente»

Succès à l’Improfest!

La saison régulière de la LIM est bel et bien terminée, mais nous n’arrêtons pas pour autant de nous impliquer dans la vie culturelle trifluvienne! En effet, le 16 juin dernier, nous avons participé à l’Improfest avec une équipe composée de Laurie Pleau (c), Vincent Rainville, Alexandre Laramée-Zoueki et Antoine Lacasse.

35642794_1957692857583006_1022628938628726784_n

Organisé par la Corporation des évènements de Trois-Rivières et prenant place au Parc portuaire, le but de l’évènement était de faire affronter 3 équipes de la région à la plus haute instance d’improvisation au Québec, la LNI. Avec le Climax Major et la LUITR, la LIM est retournée à ses racines gravélienne le temps d’une soirée pour jouer contre Salomé Corbo, Didier Lucien, François-Étienne Paré et Sophie Caron. En plus de participer à l’évènement avec ses joueurs, l’animation,  l’arbitrage, et le djing (pardonnez ce mot dont je doute de la racine étymologique) était comblés par la LIM, avec Rémi Francoeur, Élodie Mongrain, Maxime Tanguay et Samantha Bérubé.

Deux mentions spéciales sont à donner pour la soirée. La première est au joueur Rainville qui, sur une improvisation s’inspirant de Stephen King, a fait une impressionnante 10 minutes avec François-Étienne Paré. Le mystère a presqu’été trouvé concernant la disparition de la petite Mélanie…

Et finalement une mention à la délicieuse improvisation que le joueur Zoueki a fait avec Didier Lucien, où Molière rencontrait le meurtre royal. Une belle complicité s’est développée entre les deux joueurs, au grand plaisir des centaines de spectateurs qui étaient présents pour l’occasion.

35629341_1957693474249611_8266371435459510272_n

Le pointage vous me demandez? C’était pas très important, seulement un prétexte pour avoir du plaisir au grand air!

Fort probablement (on se croise les doigts) que l’évènement sera de retour l’année prochaine, alors si vous avez manqué cette occasion, vous vous reprendrez, ça vaut la peine!

35477131_1957693464249612_6621576566579134464_n35474713_1957692840916341_862551513187221504_n

35493984_1957692864249672_8791908620255100928_n

L’art de mentir

Saviez-vous que Trois-Rivières accueille à chaque année, depuis 3 ans, un festival de conte? Cette année ne fait pas exception, alors que le Printemps des Beaux Parleurs se déploie dans de multiples établissements du centre-ville, pour faire vivre l’art de la parole… et du mensonge.

Printemps des beaux parleurs

L’édition 2018 a débuté le 15 mai dernier et se poursuit jusqu’à lundi prochain, au Mot-Dit, à la Vieille Prison de Trois-Rivières, à la Microbrasserie Le Temps d’une Pinte, au Manoir Boucher de Niverville, à Boréalis, au Zénob et au Parc Victoria. Pour plus d’informations concernant les événements, nous vous invitons à consulter la page facebook.

Il est finalement à mentionner que deux comédiens de cette année et un ancien chouchou de la LIM figurent dernière cette superbe initiative: Samantha en est la vice-présidente, Rémi le directeur technique et Marc-André Fortin le directeur artistique. Un bravo tout spécial à ces Beaux Parleurs!

Une comédienne en Lituanie (!)

Certains d’entre vous se sont peut-être demandés où était Laurie mardi dernier, pour la demi-finale Roses-Jaunes? Et bien, la raison de son absence est plutôt valable: Laurie s’est envolée la semaine dernière vers l’Europe de l’Est pour accompagner la troupe de l’École secondaire Chavigny qui représentera le Canada dans le cadre d’un festival international de théâtre.

Laurie Pleau

Laurie nous explique: « Chaque année, les élèves de 5e secondaire en concentration théâtre de l’école secondaire Chavigny, partent en Europe afin de participer à un festival de théâtre francophone international. Cette année, le 23e Festival des Festivals aura lieu en Lituanie à Kaunas. Plusieurs troupes d’à travers le monde viennent présenter une pièce de théâtre en français et j’ai la chance de partir avec la troupe de Chavigny qui représentera le Canada et ce en tant qu’enseignante! »

kaunas

Nous leur souhaitons le meilleurs succès! Qui sait, peut-être que Laurie pourra établir de nouveaux liens pour une éventuelle tournée lituanienne de la LIM!

Créer l’occasion

Saviez-vous que Maxime présente à chaque dimanche depuis le 21 janvier une émission de radio sur les ondes de CFOU 89.1FM ?

Maxime!

« Le prétexte, c’est un projet sans prétention qui permet à des mélomanes de partager leur passion sans contraintes. D’une durée de deux heures, la première partie m’est réservée et je consacre la deuxième à un invité différent chaque semaine. Ce dernier doit fournir 40 minutes de musique qu’il apprécie particulièrement. Un prétexte pour découvrir, un prétexte pour en parler mais surtout, un prétexte pour avoir du plaisir. »

Nos deux maîtres de jeu en résidence (Benoît et Stéphane) y ont d’ailleurs déjà fait apparition! Ça vous dit à quel point c’est un rendez-vous couru.

Parce que rien ne commence mieux la semaine que de bonnes découvertes musicales, Le prétexte, c’est un bon prétexte pour retarder les angoisses du travail et SURTOUT pour entendre en privé la voix doucereuse de notre beau capitaine des Bruns. Pour le voir en chaire et en os, à l’impro, c’est mardi prochain, le 20 mars!

CFOU bin raide!

le prétexte

 

Encore plus d’improvisation à Trois-Rivières!

À compter de janvier prochain, notre Samantha offrira deux cours d’improvisation à l’Académie des Arts, l’un pour adultes et l’autre pour retraités. Une occasion en or pour s’initier aux rudiments de l’improvisation en bonne compagnie.

Cours pour adultes: Ce cours est conçu pour les adultes ayant peu ou aucune expérience dans le domaine de l’improvisation. Que ce soit pour améliorer son jeu de comédien ou simplement pour le dépassement de soi, le plaisir est au rendez-vous!

Cours pour aînés: Ce cours est ouvert aux adultes désirant s’initier à l’art de l’improvisation. Il favorise l’expression de soi par le jeu et, surtout, prouve que la flamme de la passion ne s’éteint pas une fois la retraite arrivée! Les formations sont offertes pour goûter au plaisir du jeu d’acteur et donnent aux élèves l’occasion d’apprendre, ou de réapprendre, les fondements de l’art de l’improvisation. À travers une série d’exercices simples, les élèves travailleront leur mémoire, développeront leur confiance, apprendront à réfléchir plus rapidement et efficacement, le tout dans un environnement où la convivialité et le plaisir seront mis à l’honneur !

Faites vite, les inscriptions se terminent le 20 janvier prochain! Pour toute information, vous pouvez contacter Amélie Morissette *ameliemorissette@outlook.com.

Samantha