La Limonade à Trois-Rivières : (re)venir dans la ville pour en revisiter les lieux communs

Début des matchs de La LIM reçoit, où la LIM accueillait la Limonade, une sympathique équipe de Montréal
 
Compte rendu de Laurence, joueuse de feues les Pêches
 
 
C’est avec de la grande visite qu’ont commencé les matchs de La LIM reçoit pour le printemps 2017. En effet, l’équipe reçue, la Limonade, était composée de deux anciens joueurs de la LIM – et non les moindres – Rose-Anne Déry et Christophe Payeur, tous deux désormais exilés pour perfectionner leur art. À vrai dire, c’est toute l’équipe qui était attendue avec impatience! Sous la gouverne du maître de jeu Benoit Pedneault, qui nous proposait une thématique tournant autour d’un quartier bien connu à Trois-Rivières, le quartier Sainte-Cécile, les joueurs ont eu, semble-t-il, beaucoup de plaisir à jouer ensemble et à créer autour de ce thème.
 
C’est peut-être cette inspiration qui a justement mené les joueurs à revisiter plusieurs lieux communs de la ville des pâtes et papier.
 

Moments forts de la soirée:
 
 
S’il y en a eu plusieurs au cours de la soirée, je sélectionnerais, parmi les moments forts, ceux qui relevaient justement du champ lexical de Trois-Rivières. Ce n’est pas par chauvinisme, je vous l’assure, il y avait bien une récurrence à cet effet dans le match.Que ce soit l’enfant de la prophétie d’une usine des pâtes et papier, une tatoueuse douteuse, la rappel de la présence amérindienne en ces lieux ou encore la présence de Céline Dion chez un disquaire, il y a bien eu quelques clins d’œil à Trois-Rivières au cours de la soirée.
 
 
 
Et, pour en cibler un d’une manière plus précise, l’un des moments forts de la soirée a été l’arrivée de Big Dave, le fils de la tatoueuse douteuse. En effet, celui-ci a la réputation, si on se fait tatouer par sa mère, d’amputer les gens et de remplacer leur membre perdu, par exemple leur bras, par… des bagels. Oui, vous avez bien lu, des bagels. Le joueur Christophe Payeur a par ailleurs réussi à surprendre le public en donnant à ce personnage la plus voix la plus aiguë qui soit! C’était à la fois effrayant, moins intimidant et surtout franchement amusant.

 
Moment coup de cœur de la soirée :
 
 
Le monde de la mode est un monde cruel et intransigeant. Même si le joueur Christophe Payeur, le jeune mannequin, a tout pour plaire au grand designer (Louis-Étienne Villeneuve), il doit se mesurer à son concurrent, le grand Giovanni (Alexandre Lavoie). À moins que celui-ci ne subisse les diktats de l’âge dans le milieu de la mode… Le rythme, les répliques incisives, la participation de plusieurs joueurs des deux équipes, les assistants typées (la stressée et l’allemand(!)), les savoureusement allusions à la mode et à Sorel : voilà une improvisation qui a su me plaire tant par son propos que par sa présentation! Rappelons que le joueur Louis-Étienne Villeneuve a traité du sujet de la mode masculine dans son mémoire. Pourrait-on y voir une source d’inspiration?

 
 
La mise en scène de la soirée :

 
 
À mon humble avis, la mise en scène de la soirée va, même pour les habitués de l’improvisation, à l’improvisation de la Limonade qui se déroulait dans un ascenseur. N’ya-t-il pas là, en effet, un meilleur contexte pour jouer à… « pénis »? (Alex, j’ai tu le droit d’écrire ça dans mon résumé? C’est tu correct?) Vous savez, « pénis », c’est ce jeu où l’on doit dire ce même mot de plus en plus fort. Eh bien, un ascenseur offre toute la promiscuité et l’écho nécessaires pour ce jeu et même pour faire ressortir tout le drame qui peut être associé à un tel jeu(!)
 
 
La surprise de la soirée :
 
 
 
Comme il l’a été évoqué, la ville de Trois-Rivières – son histoire, ses lieux, ses anecdotes– s’est retrouvée en filigrane dans les improvisations tout au long de la soirée. À cet effet,un grand personnage de Trois-Rivières a été évoqué et même interprété avec la plus grande justesse. Sans la nommer, disons juste que cette personne n’avait pas fini de pourfendre « les p’tits bums » et qu’elle entendait bien faire entendre raisons à deux frères graffiteurs… à sa manière, évidemment!Le moment d’émotion de la soirée : Un accouchement est toujours un moment stressant et, surtout, riche en émotions. Imaginez, maintenant, que votre accouchement soit diffusé en Facebook live!

 
En passant par toute une gamme d’émotions, nous avons suivi de nouveaux parents (Rose-Anne Déry et Rémi Francoeur) dans cette épreuve et, plus encore, dans le dévoilement de celle-ci sur les Internets. Entre le bonheur de la naissance du poupon et le conflit qui s’ensuit entre les parents (pour citer Samantha Bérubé en bloggeuse : « Oh my god! Y’se chicanent! »), ça fait beaucoup à étaler aux autres. C’est dire que les médias sociaux nous font parfois oublier que tout n’est pas rose, et ce, peu importe le filtre employé pour partager la photo de son bébé…
 
 
Au fait, comment se portait-il, le nouveau-né? Sa photo avait bien déjà 10 likes, mais allait-il bien sinon? Disons, sur l’échelle d’APGAR… #respire #déchirée
 
 
 
 
Une improvisation marquante :

 
Du côté de la Limonade, nous avons assisté à une histoire confrontant les générations mais aussi les perceptions du savoir et de l’éducation. En effet, comment un jeune adolescent peut-il s’épanouir lorsqu’il ne se reconnait pas chez ses parents? Comment envisager l’avenir? Lui, il préfère les livres et rêve d’une vie autre; ses parents, eux, ne peuvent que lui proposer un emploi stable, loin des livres et du travail intellectuel. Retenons de cette improvisation cette savoureuse citation : « – Père (Christophe Payeur) :Comment t’as appris à écrire? – Fils (Mathieu Berger) : J’ai lu sur l’écriture. »
 
 
Du côté de la LIM, les joueurs nous ont offert une improvisation homérique où s’opposaient les Grecs et les Romains. Entre la guerre qui sévit, les tactiques militaires (douteuses) et un coup de foudre inopportun, les joueurs ont su camper une ambiance très intéressante, différente et jouer sur les références. À cet effet, mentionnons la présence d’un cheval de bois devenu un simple poney de bois.
 
 
De la même manière, pour citer encore une fois les joueurs, nous avons eu droit à cette réplique pas piquée des vers : « Les Grecs, tout est si tragique avec vous! »

Conclusion :

Il n’y a pas à dire, les joueurs nous ont offert une très belle soirée! La semaine prochaine, le 23 mai, la LIM recevra le Mites, une équipe bien connue de Shawinigan. Venez découvrir si le jeu des deux équipes s’inscrira autant dans le milieu trifluvien!
 
 
 
C’est mardi prochain, le 23 mai, à 20 h, au Temps d’une Pinte, c’est un rendez-vous!

 
Score final 
Limonade : 19 LIM : 17
Victoire la Limonade!
 
 
Étoiles des équipes : Alexandre Lavoie (Limonade) et Louis-Étienne Villeneuve (LIM)
Mention du maître de jeu : Mathieu Berger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s